Présentation

Catégories

prochain test

Call of Duty: Modern Warfare 2 (multi)

Publié le 14 novembre 2009

Messages

1. Appel à tous! Comme vous le savez probablement, la vie de blogger n'est pas une chose facile... En effet, même si elles augmentent lentement mais surement, mes visites ne sont toujours pas élevées suffisament. C'est pourquoi je demande votre contribution: vous les lecteurs qui visitent régulièrement ou non mon blog. J'aimerais que vous me donnez un coup de main pour augmenter ma clientèle. Comment? En parlant du site à vos amis, sur les forums, à votre partenaire de vie ou à votre plante... Bref, si le coeur vous le dit, n'hésiter pas à citer mon site. Toute forme d'aide sera grandement apprécié!

2. J'ai fait un petit changement pour mon prochain test. J'ai délaissé Batman Arkham Asylum pour le remplacer par le très attendu MW2. À l'avenir, je vais tester que les jeux sortis récemment. Pourquoi? Parce que c'est ce que veulent les lecteurs tout simplement. J'aime mieux me concentrer sur des articles qui vont attirer plusieurs regards que des articles qui vont attirer le regard de certains particuliés. Je vais tout de même tester quelques "vieux" jeux lorsqu'il y a un temps mort...


Merci =D

Derniers Commentaires

Mercredi 28 octobre 3 28 /10 /Oct 01:30



Dans le monde des jeux vidéo, la déception est monnaie courante. Plusieurs jeux nous ont fait bonne impression, mais lors de leur sortie en magasin, ils nous ont déçu... Voilà quatre ans, lors de l'E3 2005, le fameux studio Guerilla nous montrait fièrement les premières images de Killzone 2, la suite du premier épisode sur la Playstation 2 et de Killzone Liberation sur PSP. Les joueurs furent rapidement émerveillés par la qualité visuelle et le jeu se fit rapidement une place parmi les dix jeux les plus attendus de l'année 2009. Le 25 février 2009, le jeu fit son entrée dans les magasins pour réchauffer le coeur des joueurs durant ce dur hiver, mais se fut que d'une courte durée...


Les graphismes:


Il est difficile de critiquer cette section parce que les graphismes de Killzone 2 ont deux faces... Sur la première face, on a le droit à du grand ! Des effets de lumière somptueux (et je pèse sur le mot), des explosions bluffantes, des animations criant de réalisme et un nombre très peu élevé de bugs. L'aliasing n'est aucunement présent ainsi que le clipping. Sur la deuxième face, c'est toute autre chose. Durant tout le jeu, on aura toujours le droit au même décor sombre et glauque. Ce n'est pas le fait que le jeu soit obscure qui est dérangeant, mais bien qu'on a l'impression que le jeu n'est qu'un grand niveau. Les développeurs tenteront qu'une seule fois de diversifier l'environnement et encore, il ressemble vachement aux autres ! Alors que dire des graphismes... ? Si les développeurs auraient eu plus d'imagination, on tiendrait un des jeux les plus esthétiques jamais fait. Ce n'est pas le cas donc je vais me limiter à dire que ce n'est qu'un beau jeu.


Le gameplay:


Vous prenez les deux FPS les plus basiques de l'histoire, vous les collez ensemble et vous obtenez le gameplay de Killzone 2. Les missions classiques comme "Protégez le pont", "Libérez le passage" ou encore "Posez la bombe" reviennent durant la majorité du temps. Encore une fois, les développeurs ne se sont pas creusés le coco pour offrir aux joueurs un minimum de diversité. En ignorant le scénario, on pourrait faire le jeu dans un désordre total sans s'en rendre compte. La prise en main est très simple, n'importe qui ayant déjà joué à un FPS prendra rapidement ses marques. Il y a une nouveauté qui mérite qu'on s'y attarde : le système de couverture. Il est très peu fréquent de voir cela dans ce genre de jeu. La plupart des développeurs se limitent à nous faire accroupir ou à nous faire mettre de côté pour être à couvert, mais Guerrilla va plus loin ! Vous pouvez maintenant vous coller contre le mur et tirer au moment opportun. C'est utile mais il y a tout de même un petit bémol : la couverture est automatique alors ce n'est pas rare de le faire sans le vouloir...


L'intelligence artificielle est bonne. Les ennemis sont coriaces et tenteront à l'occasion de vous contourner pour vous prendre par surprise. Pour les alliés, ils sont seulement là pour l'image comme la majorité des jeux de guerre. Ils touchent leur cible quelquefois en vous donnant le soin de l'abattre. Résultat : c'est seulement vous qui faites le sale boulot pendant que les autres se la coulent douce. Il y a une phase en véhicule qui est drôlement sympathique et jouissif. Le problème, c'est qu'il n'y en a qu'une seule et qu'elle est courte. C'est dommage parce que c'est la seule partie qu'on peut réellement classifier d'amusante... Le reste du temps c'est avance, tire, avance, tir, avance, tir, avance...Zzzzz... Et les armes sont comment dire... pas diversifiés (certains l'ont vu venir). Il y a très peu d'armes et parmi eux, seulement deux sont réellement intéressantes. Par contre, certains passages du jeu sont immersifs et bien réalisés, mais malheureusement, ils ne sont pas très fréquents.




Une fois le mode solo terminé au bout d'une dizaine d'heures, vous pouvez vous rabattre sur les deux autres modes disponibles : le online et le offline. Le mode offline de Killzone 2 est comme celui du premier : c'est vous contre des adversaires dirigés par l'ordinateur. La seule différence c'est que dans le premier on pouvait jouer à deux... Un oubli des développeurs ou de la pure paresse ? À mon avis, j'opterais pour la paresse parce qu'en quatre ans de développement, ils n'ont pas droit à l'oubli (encore moins à la paresse) ! Le mode online peut sembler bien au premier coup d'oeil, mais après quelques heures de jeu, on se rend vite compte qu'il est brouillon. Premièrement, les maps sont trop grandes pour le nombre de joueurs. On passe beaucoup de temps à chercher des ennemis. Deuxièmement, bien que les classes soient intéressantes, il n'y a pas assez de grades ce qui va limiter la durée de vie du online. Troisièmement, beaucoup de joueurs font n'importe quoi. Même si Guerrilla n'y est pour rien, un petit tutorial aurait pu minimiser les dégâts. Par contre, le système de classe est fort intéressant et ça on peut lui donner !


Le scénario:


Après la terrible attaque des Helghasts, lors du premier épisode, sur la colonnie terrienne de la planète Vecta, c'est au tour de l'humanité de contre-attaquer ! Leur mission : mettre la main sur Visari, le dictateur qui a planifié cette rébellion pour étouffer la menace.


Un scénario simple, mais intriguant. Pourquoi intriguant ? Premièrement, on a ici une vision intéressante de l'avenir. Que va devenir la Terre après que ses ressources naturelles soient disparues ? Deuxièmement, qui sont les méchants dans toute cette histoire ? Ceux qui ont revendiqué leurs droits par la force ou ceux qui se sont défendus ? Effectivement, au cours de son aventure, le joueur pourrait affronter un sentiment d'ambivalence. Est-ce qu'il se bat pour une noble cause ou il est en train d'anéantir un peuple qui ne cherchait qu'une certaine liberté ? Les développeurs ont tenté d'amener une réflexion chez nous, mais cela n'a pas été assez mis en avant pour qu'une réelle méditation se fasse. En dehors de tout ça, on a le droit à de belles cinématiques joliement réalisées même si certaines scènes sortent directement des derniers films de série B. On peut également noter les liens amicaux entre les soldats de votre escouade qui sont agréables à observer.


La bande-son:


Avec des bruitages aussi réalistes et une musique aussi épique, on est gâté ! Les coups de feux sont de la musique à nos oreilles tandis que la musique elle-même est en parfaite harmonie avec l'ambiance du jeu. Par contre, les voix française foncent vers le ridicule tandis que la version originale réussit à sortir la tête de l'eau.

 

_
Conclusion:


On a reçu une belle douche froide ! Le jeu réussit à obtenir ses treize points grâce aux graphismes, au scénario et à la bande-son. Mais le gameplay est d'une platitude déconcertante... Le jeu aurait réussi à atteindre le 14/20 si on n'avait pas attendu pendant quatre ans, mais après une si cruelle déception, c'est tout ce qu'il mérite ! À l'heure que j'écris, Killzone 3 a été annoncé. Il ne reste plus qu'à espérer que les développeurs soient plus originaux !

 

 

Note Finale: 13/20

Par Olivier - Publié dans : Playstation 3
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 23 octobre 5 23 /10 /Oct 21:43



Un des jeux les plus attendus de cette année est enfin arrivé sur les tablettes de nos magasins! À ceux qui cherchent de l'innovation, vous allez être servis! La formule est simple: Jouer, Créer, Partager! Bienvenue sur LittleBigPlanet, là où rien n'est impossible!


Le gameplay


Si vous êtes lassé des jeux violents, LBP est fait pour vous. L'ambiance est joyeuse grâce à son décor coloré et rigolo. Vous êtes Sackboy, une poupée de laine, qui doit atteindre des objectifs et collecter un maximum de points. Mais ce Sackboy ne sait pas faire grand chose à part sauter, avancer, s'aggriper et faire des grimaces. Malgré cela, il réussit à vaincre des serpents géants, une mariée en colère et d'autres monstres encore plus terrible. Il doit également traverser des déserts, des montagnes et, encore plus effrayant, une cour remplie de nains de jardin!


Trois modes de jeux s'offrent à vous. Il y a le mode Histoire, le mode Éditeur de niveaux et le mode en ligne.

Dans le mode Histoire, votre but est d'accomplir diverses tâches plus farfelues les unes que les autres. Vous pouvez aussi récolter plusieurs déguisements, objets et autocollants que vous utiliserez lors de la création de votre niveau. Si vous voulez faire le niveau avec l'un de vos amis, vous le pouvez grâce au mode multijoueur. Il suffit de brancher une manette et un Sackboy apparaîtra à l'écran.


L'éditeur de niveau
est sûrement le plus complexe que nous avons eu à ce jour. Vous pouvez faire un niveau sur n'importe quel thème en vous aidant des divers objets que vous avez trouvé sur votre chemin. Vous avez la liberté absolue! Grâce à des interrupteurs, des explosifs, de moteurs et des boules enflammées, vous pourrez rendre votre stage difficile et dangereux. Si vous êtes de bonne humeur, vous pourrez faire un petit niveau coloré, sympatique et amusant. Il faut cependant s'assurer d'avoir du talent et, encore plus important, de la patience car c'est très long pour faire un niveau amusant. Même si le mode Histoire est assez court, il nous offre de bons moments.


Une fois votre niveau terminé, vous pourrez le mettre en ligne pour que d'autres joueurs à la recherche d'originalité puissent profiter de votre talent. Ils pourront même noter et commenter votre stage pour vous aidez à vous améliorer. De plus, vous pourrez parcourir les niveaux créés par les autres internautes à votre guise. Et si vous voulez jouer avec des partenaires de jeux à travers le monde, vous pouvez faire le niveau à plusieurs. Par contre, il est difficile de se regrouper avant de commencer et on regrettera l'absence du classement des niveaux les mieux notés. Grâce au mode online, la durée de vie est pratiquement infinie car il va toujours y avoir quelques talentueux qui vont construire des merveilles qui sortent de l'ordinaire.


La jouabilité est inspiré des vieux jeux de plates-formes sauf que maintenant, c'est sur trois plans. Vous pouvez aller dans le fond, au milieu ou en avant. C'est original et très bien mis en valeur. Même si le jeu a des airs enfantins, il ne l'est pas. À certains moments, il est même éprouvant. Il n'est pas rare de recommencer un niveau au complet. C'est à ces moments là que l'on retrouve cette bonne vieille frustration qu'on a tous vécue lorsqu'on jouait à Super Mario Bros et que l'on devait tout recommencer. Petits et grands vont y trouver leur compte. La prise en mains souffre d'un gros défaut: elle est imprécise. Il est difficile de sauter exactement où on veut. Et il n'est pas rare de lâcher prise lorsqu'on grimpe sur le plafond. Par contre, elle est très simple. Seulement trois touches suffisent pour contrôler votre Sackboy, ce qui rend le jeu encore plus accesible.




Personnaliser votre Sackboy


Il n'est pas mignon comme tout ce Sackboy? Avec son grand sourire à la langue sortie, il a réussi à charmer des milliers de joueurs. En plus d'être mignon, il est personnalisable! Et oui!Vous pouvez déguiser votre Sackboy en n'importe quoi. Il suffit de gagner des déguisements dispersés à plusieurs endroits dans chaque niveau. Accros de la mode, vous allez adorer!


Les graphismes


C'est peut-être l'aspect le moins importants du jeu, mais il faut dire que c'est très bien réussi. Les graphismes vont très bien avec le concept du jeu. C'est coloré, chaleureux et on dirait que les décors ont été bricolés à l'aide de cartons et de ficelles. Ils sont variés et riches en couleur. On peut toutefois noter quelques bugs de colisions parfois agaçants


La bande son


La bande son est très bien dans l'ensemble. Elle dispose de belles musiques qui sont agréables à écouter. On regrettera, par contre, l'impossiblité d'importer nos propres musiques dans le jeu. Les effets sonores sont plus ou moins originaux, mais restent sympatiques.


Conclusion:


LittleBigPlanet se classe dans les titres les plus innovateurs de cette génération. Il est amusant, sympatique et agréable. Avec son éditeur de niveaux divin et sa charmante personnalisation de personnages, le jeu saura séduire un grand nombre de joueurs. Tout le monde trouvera son compte dans ce jeu. Les grands comme les petits!


Note Finale: 17/20

Par Olivier - Publié dans : Playstation 3
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 23 octobre 5 23 /10 /Oct 21:30



Depuis la sortie du premier volet, les Metal Gear Solid ont bouleversé les joueurs et l'industrie du jeu vidéo au grand complet. Aujourd'hui, près de 10 ans plus tard, la série de Hideo Kojima nous fascine toujours. Au grand bonheur des fans de MGS, ce quatrième opus est fidèle aux précédents et il est toujours aussi intriguant.


Les graphismes:

Graphiquement, MGS4 est à la hauteur de nos exigences. Les visages sont très réussis et Snake, même s'il a pris quelques années, est toujours aussi charismatique. Les cinématiques sont magnifiques et impressionnantes. Les environnements sont riches en couleurs et les effets de lumière sont réalistes. Il n'y a pas de bugs majeurs, seulement des petits bugs de collision.


Le gameplay:


Le gameplay est une référence. On a toujours le choix: se faire discret ou tirer sur tout ce qui bouge. Metal Gear Solid 4 prend le même principe que MGS3 pour le camouflage sauf que maintenant c'est automatique. On se colle contre un mur ou contre le plancher et on prend immédiatement la couleur, un peu comme un caméléon ou une pieuvre. Et on peut également acheter, vendre et même personnaliser nos armes grâce à un charmant trafiquant d'armes qui va vous suivre durant toutes vos missions. Le gros problème du jeu est l'IA des ennemis. Leurs réactions sont irréalistes et parfois ridicules. On peut se planquer devant eux sans qu'ils nous remarquent. Malgré ça, on a beaucoup de plaisir à s'infiltrer dans les bases ennemies. Une des belles surprises dans cet épisode est la possibilité de se faire des alliés. Si vous aidez un groupe en attaquant le groupe adverse, il va vous donner un sérieux coup de main à remplir votre mission. Contrairement aux opus précédents, il n'y a pas seulement un ou deux chemins pour se rendre à l'objectif. Il y en a une multitude. Vous pouvez vous faire un chemin entre les lignes ennemies ou vous faufilez dans les débris et dans les bâtiments abandonnés mais attention, aucun chemin n'est vraiment sûr...




Le scénario


Cette série est réputée pour son scénario approfondi et surprenant. Malgré tout, certains éléments de l'histoire restent dans le brouillard. Mais ne vous en faites pas, MGS4 s'occupe de tout nous expliquer dans les moindre détails. L'histoire est plein de rebondissements et de surprises. Nous avons devant nous un scénario d'une profondeur incroyable et une des meilleures fin de saga (?). Par contre, certaines cinématiques qui restent excellentes sont beaucoup trop longues. Résultat: on a envi de carrément sauter la scène. Par contre, l'ambiance dégagée est une bénédiction. Il faut tout de même noter que certaines scènes sortent tout droit d'un roman mirroir, ce qui peut devenir parfois gênants...

Hideo Kojima dira bien ce qu'il voudra, les jeunes néophytes ne vont rien comprendre à l'histoire. Il y a beaucoup de références aux derniers opus et une grande quantité d'informations à digérer. Par contre, il y a toujours le Database (une sorte de résumé de l'histoire des précédents jeux téléchargeable sur PSN) qui va donner un sérieux coup de main pour comprendre l'histoire.

La bande-son:


La bande-son est sublime! On se croirait réellement sur le champ de bataille. Les balles sifflent de partout, les explosions nous font sursauter et les voix sont magistrales. Que se soit la voix de Snake (toujours fait par David Hayter) ou d'un simple soldat, c'est toujours aussi excellent. Par contre, on ne retrouve pas le thème principal, car ce dernier a été remplacé par le nouveau thème Old Snake.


La durée de vie:


Le jeu possède une très bonne durée de vie. Si vous prenez votre temps en mode normal, vous devriez finir le jeu entre 20-25 heures (cinématiques comprises). Il y a de nombreux bonus à débloquer comme des tenues spéciales, des costumes, des armes, et encore plus.... Certains d'entre eux sont plus ou moins utiles mais tout de même amusants. Et je vous rappelle que c'est le genre de jeu qu'on recommence pour le plaisir et pour mieux comprendre l'histoire. Si vous voulez jouer avec vos amis, il y a toujours le mode online qui mérite que l'on y jette un sérieux coup d'oeil.


Conclusion:


Metal Gear Solid 4 : Guns of the Partiots est le jeu qu'on attendait tous. On a ici un des meilleurs jeux de la console et il ne va pas décevoir. Il faut tout de même rappeler aux joueurs qu'il faut avoir joué aux opus précédents pour profiter pleinement de ce titre!

Note Finale: 17/20

Par Olivier - Publié dans : Playstation 3
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 23 octobre 5 23 /10 /Oct 21:08



On l’attendait tous comme le jeu qui révolutionnerait les jeux vidéo. On a été charmé par ses belles images et ses promesses. La «suite» de Far Cry est-elle à la hauteur de son prédécesseur? Est-ce le messie ou un simple faux prophète? Réponse dans ce test...

Votre mission est simple... trop simple.


Vous êtes envoyé en pleine Afrique pour un unique but : tuer le Chacal, le salaud qui a armé les deux groupes terroristes qui se font la guerre. À cause de lui, des centaines de civils innocents meurent et se font capturer. Vous devez l'éliminer avant qu'il ne fasse d'autres ravages et que cette guerre devienne incontrôlable. Mais la chance joue contre vous... Vous attrapez la malaria et le Chacal est introuvable. Par chance, vous rencontrez quelques personnes qui vont vous procurer des médicaments et une journaliste qui va vous mettre sur la première piste du Chacal. Alors, armé jusqu'aux dents, vous vous embarquez dans cette chasse à l'homme qui fera verser du sang, des pleurs, des morts, mais peut-être qui si vous réussissez, ce continent ravagé par la guerre pourra retrouver la paix...

Même si, dit de cette façon, le scénario a l'air captivant, il ne l'est aucunement. L'histoire est beaucoup trop simple et pas assez développée. Disons tout simplement que le scénario n'a aucune valeur.

Des graphismes à la hauteur de la next-gen... ou pas.


Alors vous vous faites balancer en pleine savane et la première chose que vous remarquez c'est les somptueux graphismes. Techniquement parlant, le jeu est une réussite. Les explosions, le feu, les effets de lumière et les effets de chaleur sont tous d’une grande beauté ! On sent quasiment le soleil nous taper sur la tête. Son couché est d'ailleurs magistral! Il est pratiquement plus beau qu'en réalité. On voit très bien la lumière traverser les feuilles, ce qui nous mène aux spectaculaires ombrages qui sont un bijou pour les yeux. La végétation et les environnements sont très diversifiés. Et l’effet du Soleil sur l’eau est incroyable. Malheureusement, le paysage est gâché par de nombreux bugs et du clipping. Certains arbres, montagnes et textures apparaissent lorsqu’on s’en approche. Le jeu a des problèmes de framerate et certains ennemis apparaissent à des endroits assez étranges, comme par exemple, sur le toit d’une voiture... Le jeu est graphiquement magnifique, mais on apprécierait une mise à jour pour corriger ces nombreux bugs.

 

 

Prêt pour les vacances !?


À tout ceux qui rêvent d’aller en Afrique pour écouter les oiseaux chanter, les animaux crier et... les balles siffler, vous allez être comblés ! Les bruitages sont fidèles à la savane africaine, ce qui fait qu'on se croirait vraiment sur le terrain. La bande son est très bonne, mais fait parfois défaut. Les coups de feu, les explosions et les bruits de moteur sont tous réalistes. Par contre, la musique est énervante et très répétitive (on écoute toujours les mêmes morceaux).



Et le gameplay, il est comment ?


Sur ce point, Far Cry 2 est capable du meilleur comme du pire. Commençons par le meilleur : la prise en main est facile et classique. Au commencement, on peut prendre le personnage de notre choix. C’est une bonne idée, mais on aurait pu s’en passer car on ne voit que ses mains et il est complètement muet. Où est l'intérêt d'en mettre plusieurs dans ce cas-là ? Au cours du jeu, vous pourrez améliorer votre personnage. Il peut, par exemple, réparer les voitures plus rapidement. Un autre plus : la diversité d’armes. Vous avez réellement le choix. Vous pouvez prendre jusqu'à quatre armes: une arme principale, une arme de poings, une arme spéciale (lance-missile, lance-flamme, etc...) et une machette. Il suffit d’aller à l’armurier et prendre les armes qui vont être les plus efficaces selon le but de votre mission. Par exemple, si vous devez assassiner quelqu’un, il serait plus sage de prendre un fusil à lunette et un silencieux. Vous pouvez toujours prendre ceux que vous trouverez sur le terrain, mais vous vous rendrez vite compte que ces armes sont rouillées et qu'elles s’enrayent très rapidement. Il est plus stratégique de dépenser une modeste somme de cristaux (car vous vous ferez payer en cristaux puisque l'argent ne vaut rien en ce temps de guerre) pour avoir des armes neuves et de bonne qualité, que d'être tué parce que l'arme a fait défaut. Par ailleurs, en parlant de stratégie, le moment de la journée influence vos ennemis. S'il est tard, il risque d’y avoir peu de gardes, mais beaucoup de tireurs d‘élite. Par contre, s'il fait jour, c’est plutôt le contraire. Alors c’est à vous de voir le moment propice pour donner l'assaut. Et vous pouvez toujours demander de l'aide à vos co-équipiés. Ils vont vous proposer un autre moyen d'atteindre votre objectif et si vous acceptez, votre réputation va augmenter. L’autre plus est sans aucun doute la gestion du feu. Si vous mettez le feu à un champ, un arbre ou une maison, il va se propager en fonction du vent. Alors faites attention de ne pas vous trouver sur son chemin car il rase tout. Vous disposez d’une carte de 50 km² que vous pourrez explorer comme vous voudrez. Mais vous devrez faire de nombreux, longs et pénibles aller-retours, ce qui nous mène aux points négatifs...


Ses aller-retours vont se faire souvent (même trop souvent) interrompre par des patrouilles et des postes de gardes. Au début, on peut digérer, mais ça devient vite lassant et énervant. Et on a l’impression qu’ils ont voulu disperser les objectifs le plus possible dans la carte. Alors il faut faire, pour chaque mission, de longs voyages en voiture qui ne sont pas diversifiés. On peut conduire un Jeep munit d'une mitraillette, une veille voiture rouillée totalement inoffensive, une voiture de vitesse ou un bateau. Mais vingt minutes de route pour dix minutes de plaisir, ça devient très vite ennuyeux. Et de plus, lorsqu’on meurt, on réapparait au dernier endroit sauvegardé qui est souvent loin. Les chargements étant longs et nombreux, on a pas le goût de sauvegarder régulièrement. Résultat: on a le ras-de-bol d'attendre et de toujours attendre... Et quand on se fait arrêter par une patrouille, on voit vite le gros point faible du jeu : les ennemis sont aussi intelligents que des hommes des cavernes avec un coup dans le nez. Il arrive même parfois que l'un d’eux soit devant vous et ne tire même pas. Quand il est proche de vous, il ne vous voit pas, mais quand vous êtes à une centaine de mètres, il vous repère et réussi à vous descendre avec un shotgun ! Disons que la IA n’est vraiment pas au point... Un autre point négatif : les missions se résument à tuer, détruire et protéger. Par contre, grâce à ces nombreuses missions, la durée de vie est environ de 25 heures mais elles se suivent et se ressemblent...


Et si vous avez terminé le mode solo, vous pourrez toujours vous rabattre sur l’éditeur de cartes très complexe et facile à utiliser. Une fois votre carte terminée, vous pourrez la mettre en ligne pour que d’autres joueurs puissent s'affronter dessus. Le mode en ligne est bon, mais il se fera vite couler par la concurrence. Il y a beaucoup de modes, peu de bugs, les fusils peuvent s’enrayer et il y a tous les armes et véhicules du mode solo. Par contre, le système de classes n’est pas assez équilibré et les ennemis sont beaucoup trop résistants.


Conclusion:


Far Cry 2 est... un faux prophète. Certes, il y a pire, mais comparé à nos attentes, c’est de la petite piquette. Que vous soyez fan de FPS ou non, ce jeu vous tombera probablement sur le coeur.


Note Finale: 12/20

Par Olivier - Publié dans : Multi
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 23 octobre 5 23 /10 /Oct 20:50



Depuis Alone in the Dark, sorti en 1992, on s'est habitué à un scénario sans originalité ayant lieu dans une maison hantée ou une ville fantôme grouillant de zombies. Ces temps sont révolus, car la terreur provient maintenant du fin fond de l'Univers. Electronic Arts vous donnera la frousse de votre vie grâce à Dead Space, un Survival-Horror se déroulant entièrement dans l'espace.


Le scénario:
 


Ce scénario est l'un des plus originaux dans l'univers (voyez le jeu de mots) des Survival-Horror. C'est étonnant que personne n'y avait pensé avant. Vous incarnez Isaac Clarke, un jeune ingénieur, qui débarque avec son groupe sur un vaisseau minier en détresse pour lui prêter main forte. L'histoire prend une autre tournure lorsque le groupe se fait attaquer par des membres de l'équipage maintenant démoniaques à cause d'une maladie à origine extraterrestre. Les trois survivants doivent trouver un moyen de s'enfuir de cet enfer s'ils ne veulent pas y laisser leur peau (ou leur esprit). Ils découvrent vite qu'un mystère se cache derrière tout ceci et se donne pour mission de le démasquer.


Le gameplay


Dead Space est un heureux mélange des meilleurs survival-horror. Profitant d'une ambiance d'un Silent Hill, d'une jouabilité de Resident Evil 4 et d'un univers de Doom, le jeu fout les boules du début à la fin. On ne sait jamais quand on se retrouvera nez à nez avec une créature monstrueuse. Et quand on ne démembre pas une bestiole, on se déplace dans un couloir sombre et silencieux qui nous donne la chair de poule. La cote 18 ans et plus est amplement justifiée. Des couloirs couverts de sang, des cadavres empilés les uns sur les autres, des monstres démembrés gisant sur le plancher, on peut dire que le jeu est gore.

Certaines phases du jeu sortent de l'ordinaire. Par exemple, des pièces se vident de leur oxygène et, par le fait, de leur son. Cela permet à de gigantesques monstres de vous attaquer sans que vous ne vous apperceviez. Par moment, il n'y a plus de gravité. Dans ce cas-ci, on peut marcher sur les murs et sur le plafond au risque de se désorienter, ce qui peut devenir frustrant. On remarquera également l'absence de la possibilité de planer dans les airs. Les ennemis sont rapides et voraces donc il faut les démembrer et ensuite les achever. Il y a tout de même un bémol: les monstres sont d'une banalité! Bien qu'ils soient effrayants, on ne peut que remarquer leur forte ressemblance à ceux des films d'horreur hollywoodiens.



Des graphismes géniaux


Les ombres, les effets de lumière, la modélisation des personnages et des monstres ainsi que les animations d'Isaac sont tous irréprochables. Et que dire des explosions? Tout simplement hallucinantes. Même si les décors sont très bien détaillés, ils ne sont pas assez variés. Ça devient lassant à la longue de se promener dans les mêmes couloirs... On peut apercevoir un peu d'aliasing, mais rien de trop dérangeant.


Une bande-son excellente

La musique est intense et la bande sonore nous donne des frissons dans le dos. Elle participe à l'ambiance du jeu en mettant de l'énergie durant les combats et en nous angoissant quand on traverse un couloir sombre. Le doublage français est soigné. Les voix sont animés et on devine le type de personnalité nous avons à faire seulement par le ton de leur voix. Bref, la bande son est une référence et un modèle à suivre.


Une durée de vie assez courte pour un si bon jeu


En mode raisonnable, vous devriez finir le jeu en une douzaines d'heures. C'est dommage, car l'action est intense et on aurait aimé en profiter un peu plus. Les armes, même si elles sont amusantes à utiliser, sont imprécises et trop puissantes. Et il n'y a pas une grande variété ce qui rend les combats un peu répétitifs... On peut toujours les upgrader mais cela va prendre un certain temps, car les points de force (monnaie d'échange contre un upgrade) sont rares.


Conclusion:


Dead Space est une belle surprise même si sa durée de vie laisse à désirer. Electronic Arts nous a concocté un bon petit jeu saignant qui va faire le bonheur de tous les fans de Survival-Horror à la recherche de nouveautés. Pour avoir un maximum de frissons, je vous conseille d'y jouer la nuit, dans votre sous-sol. Pour ceux qui tiennent à la santé de leur coeur, jouez en plein après-midi ou n'y jouez pas!


Note Finale: 17/20

Par Olivier - Publié dans : Multi
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus